Lavande AspicLavandula spica fait partie des trois espèces de lavandes vraies et sauvages en France, avec Lavandula vera et Lavandula stoechas. Elle aime les endroits secs, arides et calcaires proches de la mer, elle vit en moyenne une altitude environ jusqu’à 800 mètres, elle pousse en Espagne, au Portugal, dans le sud de la France et en Afrique du nord.  La lavande aspic est peu coupée, elle pousse à l’état sauvage, sur d’abondants coteaux qui sont difficiles d’accès, elle se développe en touffes longues, aux feuilles larges avec de grandes hampes florales. Les pieds sont très espacés ce qui rend la récolte laborieuse. Sa floraison violet pâle apparaît vers la fin août et la cueillette se réalise au mois de septembre. L’HE est extraite par distillation à la vapeur d’eau des sommités fleuries. Son parfum est camphré et plaisant. L’HE de Lavandula spica en provenance de la Provence ou d’Espagne renferme en majorité du linalol et du 1,8-cinéole. L’HE de Lavandula spica doit être utilisée diluée entre 10 à 15% pour un usage externe surtout, mais aussi quelquefois interne. Vu sa teneur en camphre (12%), elle est contre indiquée chez l’enfant de moins de 7 ans et la femme enceinte ou allaitante. Prudence chez le sujet allergique.
De la famille des Lamiacées, organe producteur les fleurs.
Spécificités biochimiques : monoterpénols = linalol 38%, oxydes = 1,8 cinéole 35%, cétones = camphre 12%,  sesquiterpènes = bisabolènes 1,2%  
Familles biochimiques : Cétones, Esters, Monoterpènes, Monoterpénols, Oxydes, Oxydes sesquiterpéniques, Sesquiterpènes, Sesquiterpénols
Elle est utilisée : en voie cutanée +++, en voie orale, en diffusion diluée 10 à 15%
Propriétés : antispasmodique, rééquilibrant nerveux, antivirale, stimulante immunitaire, expectorante, antalgique, cicatrisante, antimycosique
Indications : affections ORL adulte : bronchites chroniques, rhino-pharyngites, sinusites, otites, laryngites, asthme, aphtes, piqûres d'insectes (abeilles, guêpes), brûlures (coup de soleil, méduses), démangeaisons, mycoses, névralgies, céphalées, zona, varicelle, herpès labial, rhumatisme articulaire
Déconseiller chez l’enfant de moins de 7 ans, et les personnes épileptiques.